jump to navigation

Cloud Computing, la fin de l’analyse réseau ? 30 mars 2010

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , , ,
trackback

Sauf si vous vivez sur une autre planète, vous avez sûrement entendu parlé du Cloud Computing* qui consiste pour les entreprises à outsourcer serveurs et applications.

Beaucoup d’entreprises ont déjà adopté cette technologie  : Pew Research Center rapporte que 69% des entreprises aux U.S.A. l’utiliseraient déjà.

L’adoption de cette technologie pourrait laisser penser que la supervision du réseau dans les entreprises est moins stratégique que par le passé puisque les applications et les problèmes sont, eux aussi, outsourcés !

Dès lors, la question se pose de savoir si le Could Computing annonce la fin de la supervision réseau ?

Nous pensons bien au contraire, qu’elle est plus nécessaire que jamais !

Même si la mise en place du Cloud Computing modifie la manière de superviser les réseaux, une infrastructure réseau robuste reste la clé de voûte pour permettre une communication fluide entre les utilisateurs et leurs applications.

En fait, la plus grande différence est que les administrateurs vont se concentrer sur la gestion (performances, disponibilité …) des services plutôt que sur celle des infrastructures.

D’un point de vue réseau, le Cloud Computing revient à gérer des flux accédant à des serveurs distants, comme cela est déjà le cas pour les entreprises multi-sites. De ce fait, la problématique réseau demeure : Goulets d’étranglements potentiels, mauvaise répartition de la bande passante, et utilisation de protocoles non autorisés subsistent et impactent directement la fluidité des communications.

Le contrôle des performances applicatives requiert dès lors une attention particulièrement aiguisée !

Il est essentiel de disposer d’un référentiel des performances applicatives AVANT de basculer en Cloud Computing ! Une attention particulière devra également être portée aux transactions cross-applications une fois le basculement réalisé.

Comme toujours, la sécurisation du réseau reste un point essentiel, la migration vers un nuage ne fait pas exception.

Ce contrôle de sécurité commence avec le choix du prestataire retenu. Confier la gestion et le traitement de données hautement sensibles à un prestataire nécessite une vigilance de chaque instant. L’étude et la compréhension de la politique de sécurité du prestataire ainsi que son contrôle lors de tests menés par vos soins est primordiale.

Les analyses réalisées avec OmniPeek lors des phases de tests vont permettre aux ingénieurs de disposer de données cruciales sur les performances et la sécurité pour assurer une migration en toute quiétude.

Si l’utilisation du Cloud-Computing sécurise l’hébergement physique des données, la disponibilité sans faille du réseau ne doit en aucun cas être négligée car il ne s’agit ni plus ni moins (d’un point de vue réseau) que d’un déplacement de serveurs ! Les processus d’analyse et de contrôle au fil de l’eau sont un point clé de la réussite d’une migration vers le Cloud Computing.

Ces procédures garantiront à l’entreprise un contrôle impartial et adapté des prestations en matière de performances, de disponibilité et de respect des procédures de sécurité indispensables.

Elles permettent de garantir une migration sous contrôle et un suivi dans le temps.

Cet article est librement inspiré du blog de l’éditeur WildPackets par NetWalker

(*ou encore informatique dématérialisée ou informatique dans les nuages)

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :