jump to navigation

Résorber les trous noirs réseau des environnements virtualisés 18 mai 2010

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , , , , , ,
trackback

L’adoption de la virtualisation continue à augmenter. Selon l’analyste Cindy Borovick d’IDC, l’année 2010 verra pour la première fois le nombre de serveurs virtuels dépasser celui des serveurs ‘réels’.

Un nombre croissant d’entreprises se tourne vers la virtualisation pour simplifier le déploiement d’applications et les opérations de maintenance, mais aussi pour répondre plus rapidement aux évolutions constantes des besoins du business.

A ce jour, même de petites structures ont recourt à la virtualisation grâce à la baisse des coûts et à la simplification des outils d’administration.

Il est important de mémoriser que l’analyse réseau [des environnements virtualisés] diffère quelque peu de celle en environnements ‘traditionnels’ puisque les ressources sont partagées.

Dans un environnement ‘traditionnel’ vous allez mettre en place du port mirroring sur un commutateur ou un routeur et les données proviendront directement du serveur.

Dans le cas d’un environnement virtuel, les données arrivent d’un adaptateur réseau virtuel sans nécessairement passer par le port du commutateur : D’où la présence de trous noirs !

La communication entre les serveurs virtuels reste invisible aux outils traditionnels … ainsi que les statistiques et les problèmes de communication inter-serveurs.

Pour résorber ces trous noirs et déployer une supervision réseau efficace en environnement virtuel, il est important de se fixer des objectifs : Du point de vue des objectifs, l’analyse en réseaux traditionnels ou en environnement virtuel est similaire ! Seule la mise en oeuvre des outils d’analyse diffère. Au lieu de capturer des données au niveau de la couche physique, vous devez réaliser la capture au niveau de ces commutateurs virtuels.

Omnivirtual permet aux entreprises d’accéder simplement à ce trafic virtuel et d’éliminer tous les points d’ombre du réseau.

Les sociétés qui ont recours à la virtualisation devraient prendre en compte les 5 considérations suivantes :

  • Être précis : Sachez ce que vous souhaitez analyser et concentrez vous sur ces points uniquement.
  • Tenir compte de l’environnement : ajustez les options aux seules machines ou applications nécessaires, les réglages ne sont pas là par hasard et vous permettent de tirer la quintessence de vos outils d’analyse.
  • Analysez seulement l’essentiel : N’analysez que le nécessaire et n’hésitez pas à exclure avec des règles le superflu.
  • Connaitre les limites : Vous devez prendre en compte des éléments comme la puissance processeur, l’espace disque, la charge CPU.
  • Anticipez les besoins : Si vous devez réaliser de la post-capture ou de la post-analyse, il est essentiel d’être certain de disposer de l’espace disque nécessaire et restez dans les limites du raisonnable.

Les bénéfices de la virtualisation sont indéniables pour les entreprises. Mais n’oubliez pas de mettre en oeuvre une solution efficace d’analyse réseau pour garantir la bonne santé de votre infrastructure et en tirer le meilleur.

Cet article est librement inspiré du blog de l’éditeur WildPackets par NetWalker

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :