jump to navigation

Pourquoi une mauvaise gestion de la bande passante réseau peut vous couter cher ? 30 octobre 2012

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , ,
add a comment

Toutes les entreprises, rencontrent un jour ou l’autre un problème de bande passante. Une bonne politique de gestion de la bande passante est source d’efficacité et d’économies substantielles, voici pourquoi :

Il est fréquent d’entendre dire que les problèmes du réseau viennent d’un manque de bande passante qui diminue au fil du temps. Trop souvent la première réaction est de chercher à augmenter la bande passante afin de faire disparaitre le problème rencontré.

Du point de vue de l’utilisateur, une bande passante plus importante va améliorer son confort de travail. Mais l’adjonction de bande passante ne fait, le plus souvent, que masquer temporairement les problèmes.

En augmentant la bande passante, on ne s’attaque pas à la cause du problème, pire ce nouveau confort apparent peut même masquer des signaux d’alerte qui mériteraient une attention immédiate, comme par exemple un poste infecté qui essaye de propager un malware et accapare la bande passante de l’entreprise.

Mais, qu’est-ce qu’un soucis de bande passante ? Pour beaucoup c’est quand l’utilisation de la bande passante dépasse un certain seuil. Pour d’autres la fréquence et la durée de ces dépassement sest également prise en compte.

Sans connaissance approfondie des trafics qui circulent sur votre réseau,
augmenter la bande passante quand ces signaux apparaissent
n’est rien de plus que de jeter de l’argent par la fenêtre.

Sniffer réseau OmniPeek : détection des phagocytes de bande passante

Détecter les consommateurs de bande passante

Contrôler si vous devez ou non augmenter la bande passante de votre réseau est un processus qui devrait recueillir toute votre attention. Les 4 étapes sont l’audit, l’analyse, les modifications et la mesure. Voyons ces points plus en détail :

Auditer

L’objectif principal de la phase d’audit est de catégoriser votre trafic en fonction de vos besoins.

Comme les affaires dépendent pour partie des bonnes performances du réseau, vous devez vous assurer de disposer de la bande passante nécessaire pour vos applicatifs métier dans toutes les circonstances, y compris lors des pics de charge. Nous savons tous que la bande passante disponible à tendance à être grignotée au fur et à mesure. A vous de déterminer si c’est par des applications métiers ou par du trafic futile !

Le plus souvent le trafic réseau peut être divisé en 4 catégories :

Le trafic critique pour le business : En l’absence de cette catégorie de trafic, votre entreprise s’arrête. Typiquement se sont les email, SaaS (incluant les activitées cloud), les liaisons WAN inter-sites, le VPN … La liste peut varier selon votre métier : par exemple une société de production vidéo, doit ajouter à cette catégorie de trafic les flux vidéos.

Le trafic professionnel : Sans ce type de trafic, certains travailleurs vont subir des perturbations, mais votre business ne s’arrêtera pas pour autant. Par exemple la recherche d’information sur le web ou les activités liées aux média sociaux.

Le trafic ‘accessoire’ : normalement il ne va pas impacter votre travail et son niveau est (et doit) rester très faible. Il s’agit par exemple des email personnels, du streaming audio, des accès Facebook …

Enfin le trafic ‘toxique’ c’est à dire celui qui empoisonne votre réseau. Par exemple le streaming vidéo, le peer to peer, les gros transferts de fichiers.

Connaitre et identifier les différentes types de trafics est essentiel pour la gestion de la bande passante. Si vous détectez du trafic toxique, votre mission est de l’éradiquer, pas d’accroitre la bande passante !

Analyser

La gestion de la bande passante ne se limite pas à connaitre le type de trafic, il faut aussi avoir une connaissance des différents média qui composent votre réseau et du type d’équipements réseaux qui s’y trouvent. Le média qui demandera la plus grande vigilance est bien sur le wifi puisqu’il s’agit d’un média dont la bande passante est partagé, sensible aux interférences et ‘mono-utilisateur’. A un instant donné, un seul utilisateur peut envoyer un signal radio sur le réseau : si le débit dont il dispose est faible, cela impactera l’ensemble des utilisateurs de ce segment réseau.

Dans ce cas, ce qui peut être perçu comme un problème de bande passante wifi est simplement un problème de client wifi peu performant qui génère une grande quantité de trafic.

Modifier

Dans le mesure ou vous avez compris vos besoins prioritaires, vous allez être en mesure de modifier le mode d’utilisation de votre réseau. Bien entendu le trafic critique va resté en place mais vous pourrez probablement router différemment le trafic de moindre importance sur des réseaux moins chargés. Vous pouvez aussi décider de bloquer certains types de trafic comme l’accès aux média sociaux et bien sur l’ensemble du trafic toxique. Évidement, les décisions que vous prendrez dépendent de votre appréciation et de la politique de l’entreprise, mais dans tout les cas, ce sera une approche de la gestion de la bande passante moins couteuse et dont le bénéfice sera plus simple à quantifier.

Mesurer

Il s’agit tout simplement de valider l’efficacité des mesures prises. Obtenez-vous le résultat espéré ?

Dans la mesure ou le trafic sur votre réseau informatique est ‘vivant’ et évolue, la gestion de la bande passante est bien sur un processus itératif. L’analyse doit être renouvelée de proche en proche.

Comment prendre ses mesures et disposer des informations nécessaire à une gestion responsable de la bande passante ? Avec un sniffer réseau (ou analyseur de paquets) comme OmniPeek qui vous donnera toute les informations nécessaire à la compréhension et à l’optimisation de la bande passante sur votre réseau. L’évaluation 30 jours est gratuite, alors n’hésitez plus.

Librement inspiré du blog de l’éditeur WildPackets : How to Identify Network Problems Masked as Bandwidth Issues

 

Lire aussi : Une mauvaise qualité VoIP peut couter chère ! sur OmniPeek sniffer Blog

OmniPeek est distribué en France par NetWalker.fr
Tarifs et évaluation sur NetWalkerStore.com

Publicités

Gestion et Diagnostic Wifi ? OmniPeek vous assiste sur 5 problématiques 18 juin 2012

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek, Wireless.
Tags: , , , , , ,
add a comment

A l’air de la mobilité, les réseaux sans fil (WLAN) posent des contraintes critiques pour les administrateurs réseau, puisque les employés et les visiteurs souhaitent une connexion internet en tout point de l’entreprise. L’avènement du BOYD* amplifie encore la demande : l’accès n’est plus restreint à l’usage d’entreprise traditionnel ou autorisé depuis un ordinateur ce qui augmente d’autant le nombre d’éléments réseau et diminue la bande passante disponible pour chaque utilisateur.

Et malgré le fait que les réseaux Wifi ne sont plus accessoires comme ils l’ont été par le passé, il est rare que des ressources complémentaires soient attribuées au service informatique pour faire face à ces nouveaux besoins de performance, de sécurité et de surveillance. Les réseaux wireless représente un challenge particulier pour les administrateurs réseau et requière une approche différente de celle que nous connaissons pour les réseaux ethernet.

Explorons ci-dessous cinq problèmatiques purement sans-fil et voyons comment OmniPeek peut vous aider à tirer votre épingle du jeux.

Gérer la puissance du signal

L’un des principaux problèmes avec le sans fil, la puissance du signal, est quelque chose qui est complètement étranger aux monde des connexions filaires. Le signal sur un câble est identique en tout point, puisque vous disposez d’un port ethernet pour vous y connecter. Pour le sans fil, la puissance varie selon la distance entre l’utilisateur et le point d’accès (AP) ; selon les obstacles se trouvant sur le chemin de propagation du signal et enfin selon les interférences avec les autres périphériques qui utilisent le spectre 802.11. Avec la dégradation de la puissance, la vitesse de connexion entre l’AP et l’utilisateur diminue et par rebond diminue également la bande passante disponible pour l’ensemble des utilisateurs. De ce fait, un signal de trop faible puissance, même pour un seul poste, peut devenir un soucis pour l’ensemble des utilisateurs du WLAN.

OmniPeek, analyseur réseau, mesure et affiche la force du signal selon plusieurs approches : pour l’ensemble des WLANs, individuellement pour chaque utilisateur ou chaque AP, voir même pour chacun des paquets. Il contrôle automatiquement la puissance du signal avec son système expert ce qui vous évite d’avoir à le faire. Ajustez simplement le seuil pour l’expert Wireless AP – Weak Signal (signal faible) et laissez OmniPeek faire le travail à votre place : il s’assure automatiquement que le signal est d’une puissance suffisante et par rebond des performances du WLAN pour chaque utilisateur.

Ajustement de l’expert Weak Signal – Seuil de Signal Faible dans OmniPeek

Gérer le trafic de service (management)

Maitriser le trafic sans fil est une tâche plutôt ardue en particulier au niveau des AP. Il ne faut pas perdre de vue que le trafic de gestion s’ajoute au trafic utilisateurs. Si c’est une bonne chose de superviser ses AP pour avoir connaissance des performances du réseau wireless, il faut veiller à le minimiser de l’autre coté de l’AP pour éviter de dégrader les performances du WLAN pour l’ensemble des utilisateurs. (NDLR : le trafic de gestion est constitué par les paquets de management, par les beacons, et éventuellement les trames SNMP. Trois catégories de paquets qui ne ‘servent pas directement’ au transport des données utilisateurs)

OmniPeek analyse et affiche tout le trafic de gestion 802.11 et son système expert vous alerte quand il détecte un excès de trafic de management ce qui vous permet de préserver facilement les performances de vos WLAN.

OmniPeek analyse toutes les données de gestion 802.11 et vous alerte quand trop de paquets de management apparaissent.

Gérer les Utilisateurs

Puisque nous avons maintenant le contrôle de la puissance du signal et du trafic de service, concentrons nous sur la raison pour laquelle nous avons mis en place des réseaux sans fil : les utilisateurs. Les réseaux wireless sont constitués par des cellules radios localisées dans les AP (Access Point encore nommés Points d’accès, ou Borne Wifi). A la différence des réseaux filaires, la topologie d’un réseau WLAN change avec le déplacement des utilisateurs et le roaming d’une AP à la suivante. La topologie ressemble à celle d’un arbre hiérarchique :

  • l’Extended Service Sets (ESS – Toutes les AP interconnectées à un même réseau)
  • Le Basic Service Sets (BSS – Une AP et ses clients)
  • les STA ( poste individuels )

OmniPeek affichera clairement cette structure hiérarchique et fournira des informations détaillées pour chaque station. Il vous permettra également de classer les périphériques du réseau WLAN comme « Trusted » (Autorisés), « Known » (connus), ou « Unknown » (inconnus). Sur la copie d’écran suivante, on distingue clairement une connexion pirate sur le réseau WP wireless 1.

OmniPeek affiche une vue détaillée de la hiérarchie du WLAN

Gérer l’itinérance

La mobilité est la raison d’existence des WLANs, les utilisateurs veulent pouvoir être à leur bureau, dans la salle de réunion, la cafétéria puis de retour dans leur bureau sans aucun interruption. Cette activité s’appelle le Roaming (ou itinérance) et le 802.11 est justement conçu pour gérer cette itinérance. Il arrive que la gestion du roaming ne se passe pas de manière transparente ou soit pas assez rapide, ce que causera des interruptions de services plus spécialement sensibles pour les applications sensibles aux temps de réponses comme la voix sur IP wifi.

L’analyse du roaming est une opération complexe. Lorsque les utilisateurs se déplacent, leur connexion passe d’une AP à une autre mais aussi d’un canal radio à un autre. Cela demande aux administrateurs d’utiliser une solution qui peut surveiller de multiples canaux radio simultanément et pas simplement de scanner les canaux, mais bien de réaliser une capture sur de multiples canaux. Nous y reviendrons prochainement dans un article consacré aux bases de l’agrégation de canaux. Lorsque les utilisateurs changent de canal radio, OmniPeek suit leur activité et affiche le temps qu’il faut aux stations pour réaliser cette transition. Les évènements liés à l’itinérance peuvent être juste placés dans le journal ou suivi par AP ou par station ce qui simplifie grandement l’identification des zones à problème.

OmniPeek affiche en détail les performances des opérations liées à l’itinérance des utilisateurs

Gérer le ressenti global des utilisateurs

La portion sans fil du réseau est seulement l’une des composante du ressenti des utilisateurs. Chaque WLAN est lui-même connecté à un réseau câblé, et l’ensemble du trafic wireless peut éventuellement devenir du trafic filaire à certains moments de la journée. La capacité d’analyser en même temps les segments sans-fil et le réseau ethernet aidera grandement à résoudre un grand nombre d’incidents WLAN critiques comme par exemple les problèmes d’authentification, qui dépend de la vérification des droits utilisateurs sur la partie filaire du réseau pour les WLAN sécurisés. (le WPA-2 est souvent le seul choix possible sur les réseaux d’entreprise).

OmniPeek analyse à la fois les réseau filaires et sans fil et peut analyser de nombreux réseau en même temps ce qui en fait la solution idéale pour suivre le cheminement des données tout au long du réseau, depuis le poste mobile jusqu’aux ressources IP. Et comme les applications métier utilisent de plus en plus souvent le WLAN, les besoins de diagnostic ne sont plus limités aux seuls problèmes d’authentification. (Plus d’information sur le billet « Diagnostic wifi, mais où doit se porter l’analyse de trames » de décembre 2010.

OmniPeek capture à la fois le réseau sans fil et le réseau ethernet, et permet une corrélation automatique qui permet une compréhension rapide des problèmes critiques comme par exemple trop de retransmission wifi

Conclusion

La demande pour l’utilisation du sans fil ne cesse de croître et les technologies évoluent rapidement. Les performances de vos WLANs dépendent pour l’essentiel de vos capacité de supervision, contrôle et diagnostic. L’extension des réseaux wifi n’est pas réellement modélisable en ce sens qu’elle dépend pour l’essentielle des besoins propres de chaque application de votre entreprise et de celui de vos utilisateurs. C’est pour cette raison que vous devez disposer d’un outil de gestion, d’analyse et de diagnostic qui vous donne accès à l’ensemble de vos réseaux pour vous permettre de contrôler les installations, vérifier les configurations, la couverture, les performances et l’optimisation d’un bout à l’autre du réseau.

Dynamique par essence, les réseaux sans fil nécessitent une approche proactive pour avoir la certitude de contrôler tout les aspects des réseaux installés. Le Système Expert vous permet de laisser OmniPeek réaliser automatiquement un audit à l’affut du moindre signe de défaillance et de vous alerter en cas de besoin.

•    •

Librement inspiré de l’article : Fire ways that OmniPeek can help manage and troubleshoot WLANs de l’éditeur WildPackets. OmniPeek est distribué en France par NetWalker.

* BYOD : Bring Your Own Device (apportez votre propre périphérique)

Lenteurs, le réseau est il fautif ? réponse immédiate avec OmniPeek ! 1 mai 2012

Posted by frnetworker in OmniPeek.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

En tant qu’administrateur réseau, nous sommes souvent confronté aux utilisateurs qui se plaignent, souvent à juste titre, des lenteurs du système d’information.

Habituellement c’est le réseau qui est montré du doigt par les utilisateurs, mais ce n’est pas toujours le cas !

C’est notre rôle de déterminer comment diminuer les temps de réponse, mais où doit on agir ? Quelle est l’origine des lenteurs ? s’agit t’il de lenteurs réseau ou de lenteurs liées au serveur et à ses applications ?

Les heureux propriétaires d’OmniPeek vont connaitre la réponse en quelques instant avec l’aide de l’utilisateur concerné !

Mettre en oeuvre une capture

  1. Positionnez OmniPeek pour capturer les données du réseau au niveau du poste utilisateur,
  2. Créez un filtre avec l’adresse IP de l’utilisateur pour vous concentrer sur son trafic et lancez la capture,
  3. Demandez à l’utilisateur d’utiliser ses applicatifs comme il le fait au quotidien.

Afficher les informations de diagnostique

OmniPeek affiche les informations permettant un diagnostique immédiat des lenteurs dans les fenêtres Event Summary et Visual Expert.

Event Summary

OmniPeek détecte pour vous les anomalies de fonctionnement du réseau grâce au système expert.

Le système expert d'OmniPeek lui permet de relever les erreurs réseau …

OmniPeek enregistre les anomalies réseau dans l'onglet Event Summary

Visual Expert

OmniPeek permet également de visualiser les temps de réponses des applications dans l’onglet Visual Expert.

La séquence des paquets et le délai de réponse permettent à l'administrateur de connaitre avec précision l'origine du problème.

OmniPeek trace les latences réseau ou applicatives dans le fenêtre Visual Expert

Dans le cas de cette seconde copie d’écran, les paquets d’accusés de réception (ACK) parviennent rapidement, vous avez donc la certitude que le problème provient du serveur ou de ses applications et que votre réseau est clean !

C’est des nombreuses raisons pour laquelle OmniPeek permet aux administrateurs de réaliser un travail de haute qualité.

Essayer Gratuitement OmniPeek Maintenant

OmniPeek est distribué en France par NetWalker.
Informations et Tarifs 

Compass Post-Analyser gratuitement ses captures 29 juin 2011

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , , ,
add a comment

Quelques mots pour vous signaler la disponibilité de l’utilitaire Compass qui permet de post-analyser plus avant les captures WireShark.

Compass présente un graphe de la charge au fil du temps. La sélection d’un pic de charge sur ce graphe affiche immédiatement les Top Talker et les Top Protocoles vous indiquant immédiatement qui utilise la bande passante et avec quel protocole.

Compass est un logiciel autonome gratuit proposé par l’éditeur WildPackets

Détail et Vidéo sur NetWalkerStore : Compass

Une analyse plus pertinente des captures WireShark grâce à Compass

Compass fournit des statistiques sur une période de temps donnée

Prêt pour l’analyse et le diagnostic 10 Gigabit Ethernet ? 18 juin 2010

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

Avec la baisse du coût d’acquisition des équipements 10 GbE, son adoption est de plus en plus fréquente … mais le challenge de l’analyse des flux sur réseaux 10 GbE reste entier, probablement parce que l’industrie n’a pas encore défini de méthodologie pour l’analyse de tels segments. La capture et l’analyse 10 GbE sont pourtant déjà possibles avec OmniPeek et l’OmniAdapter 10 GbE …

OmniAdapter 10 gigabits ethernet

Carte de capture 10 GbE 2 ports PCI-E

Voici les six questions à vous poser pour savoir si vous êtes déjà prêt à réaliser des diagnostics sur vos réseaux 10 Gigabits ethernet.

1. Êtes-vous assez précis ?

Il est crucial de savoir précisément ce que vous souhaitez capturer et quelles informations vont vous fournir les détails essentiels pour votre diagnostic.

La meilleure stratégie d’analyse des segments 10 GbE, surtout si le trafic est conséquent, est d’avoir recours à l’analyse post-capture et de ne réaliser que la capture et l’enregistrement sur disque en temps-réel.

Essayer de capturer et d’analyser en même temps sur des segments chargés sollicitera bien d’avantage votre système que si vous réalisez l’analyse en deux étapes.

2. Connaissez-vous avec précision votre réseau ?

Savoir ce que vous êtes en droit d’attendre de votre réseau est essentiel pour l’analyse des segments 10 GbE chargés.

Si vous êtes déjà lancé dans une analyse complexe d’un problème qui ne l’est pas moins, par exemple extinction d’incendie à la Red Adair (le pompier volant) … il est déjà bien trop tard pour déterminer quelles sont les conditions de fonctionnement ‘normale’ de votre réseau.

Comment établir un référentiel du fonctionnement standard de votre réseau ?

Nous vous conseillons d’enregistrer, d’analyser et d’archiver des mesures sur un protocole spécifique comme HTTP sur des périodes d’une heure, d’un jour et d’une semaine et ce pour l’ensemble de votre réseau.

Faites de même pour les protocoles de vos applications critiques pendant des opérations typiques

Les autres paramètres qui entrent en considération au fil du temps sont :

  • la répartition des tailles de paquets,
  • l’utilisation par protocole,
  • l’utilisation par poste

La connaissance de ces cycles vous fournira un solide référentiel de votre utilisation standard. Ce sera en quelque sorte la marque de fabrique de votre réseau.

De la sorte, vous disposerez toujours d’une comparaison pertinente lorsque des problèmes surviendront.

Et c’est seulement en possession de ces données que vous pourrez vous lancer dans une analyse détaillée et plonger jusqu’aux arcanes des paquets.

3. Restez-vous concentré sur l’essentiel ?

La tentation est forte de capturer et d’analyser l’ensemble du trafic, surtout dans la mesure où l’origine du problème est inconnue.

Mais le plus souvent certaines causes peuvent être immédiatement écartées ce qui permet de se limiter à la capture et l’analyse de l’essentiel.

Vous avez aussi la possibilité de désactiver certains modules sans grand intérêt pour le diagnostic en cours.

Par exemple, le module d’analyse du Wifi peut être désactivé sans hésiter lors de l’analyse du 10 GbE. Vous devez personnaliser les réglages en fonction de vos buts et de votre activité du moment.

4. Connaissez-vous vos limites ?

Même si l’analyse 10 GbE est limitée à quelques segments de votre infrastructure, capturer des données sur ces réseaux produit très rapidement des quantités énormes de données à analyser.

Ce qui deviendra rapidement une tâche Herculéenne même si l’on écarte les problèmes de performances de la station de capture des paquets et que l’on utilise la méthode Capture puis Post-Analyse.

En fait, il faut trouver le juste équilibre entre 2 problématiques antinomiques :

  • La taille des fichiers de données,
  • La fréquence de sauvegarde sur les disques.

L’intuition pourrait vous laisser penser que plus les fichiers sont volumineux mieux c’est … ce qui n’est pourtant pas le cas !

De gros fichiers réclament bien plus de mémoire lors de leur manipulation. Si les fichiers sont énormes, ils vont être inutilisables car votre pc va littéralement ramer faute de mémoire vive.

A l’opposé, de plus petits fichiers qui demandent des accès (en écriture) plus fréquents aux disques durs peuvent consommer d’avantage de ressources pendant la capture.

Les performances optimales sont donc obtenues par un compromis entre ces 2 contraintes qui dépendent en grande partie des ressources (mémoire, disque dur, processeur) du poste d’analyse.

Une règle simple à conserver en mémoire : si des fichiers sont créés toutes les 30 secondes (ou moins) cela va impacter l’efficacité du taux de capture de manière significative.

Utiliser des tailles de buffers et de fichiers adaptés peut faire toute la différence.

Nous recommandons de démarrer avec 256 Mb de buffers de capture et de fixer la taille des fichiers à 128 Mb.

Après quelques captures vous allez rapidement déterminer quel paramètre doit être ajusté en fonction des capacités de votre matériel.

Essayez également d’utiliser le moins grand nombre possible de captures simultanées. Bien sûr les logiciels d’analyse vous permettent pour la plupart un nombre illimité de captures mais vous devez garder en mémoire que chaque capture supplémentaire consomme des ressources supplémentaires.

5. Filtrez-vous ?

Le filtrage basé sur des critères spécifiques de l’utilisateur est un moyen efficace de limiter le nombre de paquets capturés et archivés.

Tronquer les paquets (Slicing) vous permet aussi de minimiser la quantité de données à traiter mais cela n’est valable que si vous vous intéressez uniquement aux entêtes de paquets car toute reconstruction de transaction est alors rendue impossible.

Ces deux techniques permettent de réduire le volume de données à traiter et stocker ce qui libère d’autant la puissance de l’ordinateur pour la capture et l’espace disque.

6. Êtes-vous raisonnable ?

OmniPeek permet la connexion distante de multiples utilisateurs à l’appliance qui réalise les captures critiques et l’analyse temps-réel.

Fixez une limite au nombre d’utilisateurs concurrents.

Nommez un responsable pour chaque système de capture qui supervisera les filtres et les captures avec éventuellement la possibilité de stopper certaines captures en cas de nécessité.

Trop d’utilisateurs avec trop de prérogatives n’apportera que des inconvénients.

Vous pourrez toujours assouplir les règles en cas de besoin.

•    •

Librement inspiré du blog de l’éditeur WildPackets par NetWalker, distributeur pour la France.

YouTube assassine t’il votre bande passante ? 26 mai 2010

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , ,
add a comment

Avec des services tels YouTube, Facebook, iTunes ou la VoIP parmi tant d’autres, nos réseaux sont la proie de fortes hausses de trafic. S’assurer que le réseau reste efficace et en bonne santé n’est pas une tâche subalterne pour les administrateurs réseau, c’est un devoir basic pour la productivité et l’efficacité de l’entreprise !

La gestion et le contrôle de la bande passante sont essentiels pour éviter des performances déplorables qui pèsent directement sur la productivité de l’entreprise !

Comment éviter les écueils ? Voici quelques conseils pour une mise en œuvre réussie :

1 – Focalisez sur les segments critiques du réseau

A tout moment, sachez qui utilise quoi, quand, et pourquoi sur ces segments réseau. C’est la seule manière efficace pour une entreprise d’optimiser la gestion de la bande passante et de connaitre avec précision la situation actuelle. Ces mesures de référence sont la pierre angulaire d’une gestion performante de la bande passante. En premier lieu, vous pouvez démarrer en contrôlant les connexions internet, les liens WAN, l’utilisation du Wifi et l’accès aux serveurs. Un logiciel d’analyse de réseau est un outil essentiel pour déterminer ces valeurs de référence et permet la mise en forme de rapports des principaux indicateurs au format PDF ou web. Ces compte-rendus ne serviront pas seulement à résoudre et contrôler les problèmes existants mais permettront également aux Entreprises de remonter dans le temps pour valider les performances actuelles et futures.

2 – Privilégiez les applications critiques pour le business

Chaque Entreprise a des priorités différentes ! En fait, chaque segment de réseau a des priorités différentes au regard des applications spécifiques qui y transitent. Il est évident que les principales applications consommatrices de bande passante seront différentes entre le service commercial et le service R&D. Les protocoles applicatifs doivent être gérés par ordre d’importance sur chaque segment réseau. Mais lorsque ces flux convergent et transitent sur les mêmes segments il est essentiel de tenir compte des besoins spécifiques de chacun d’entre eux.

3 – Analysez les interactions Applications/Protocoles.

Il est essentiel de comprendre les besoins spécifiques de chaque application et la/les manière(s) dont elles utilisent les protocoles sur le réseau. La mauvaise gestion d’un seul protocole peut mettre à terre les performances de l’application dans son ensemble. C’est un second point pour lequel un analyseur de réseau pourra mettre en évidence rapidement chacun des flux et ses performances propres. Il permet aux entreprises de disposer d’une vue temps-réel du fonctionnement du réseau et de classer les flux selon différents critères.

4 – Supprimez trafics et protocoles inutiles

Chacun de nos réseaux véhicule une part de trafic totalement inutile. Certains périphériques, en particulier les imprimantes, supportent des protocoles dont vous n’avez aucune utilité. Le Wifi ne fait pas exception est n’est malheureusement pas souvent filtré : Il arrive que des protocoles de management comme les protocoles de routage, SNMP …  soient présents sur des WLANs sans aucune raison si ce n’est de consommer de la bande passante.

5 – Rendez les applications critiques prioritaires grâce à la QoS

La plupart du temps les Entreprises mettent en œuvre les mécanismes de gestion de la priorité incluse dans leurs routeurs et commutateurs. Il est parfois nécessaire de recourir à des matériels ou logiciels spécifiques (compression de trafic …) qui optimisent encore la gestion de la bande passante.

6 – Contrôlez et gérez au quotidien

Il est essentiel pour les Entreprises de comprendre que le réseau est dynamique et que l’utilisation qu’en font les utilisateurs varie au cours du temps. Les administrateurs réseau doivent contrôler le bon fonctionnement des applicatifs en permanence et s’assurer que l’état de santé du réseau reste stable.  Il est primordial de suivre et de comprendre les tendances pour réaliser les changements nécessaires afin de parer aux évolutions des comportements de vos utilisateurs.

Cet article est librement inspiré du blog de l’éditeur WildPackets et par les expériences clients de NetWalker.

%d blogueurs aiment cette page :