jump to navigation

Lenteurs réseau, lenteurs applications ou lenteurs serveurs ? 5 novembre 2010

Posted by frnetworker in Diagnostic Réseau, OmniPeek.
Tags: , , ,
add a comment

La principale cause de stress pour les administrateurs du réseau …

… c’est lorsque « le réseau est lent ! »


Nous avions publié dernièrement quelques éléments de réflexion pour vous aider à déterminer la cause des lenteurs réseau. Depuis, la discussion n’a fait qu’amplifier :

Qui est vraiment responsable des lenteurs ? Le réseau, les applications ou les serveurs ?

Cette difficulté est bien souvent la cause d’une réelle animosité dans certaines entreprises entre les développeurs, les administrateurs système, les administrateurs réseau et les utilisateurs.

Même si les baisses de performances doivent être étudiées en détail pour chaque entreprise, il est toutefois possible d’identifier quatre raisons principales :


Charge globale du réseau

La charge du réseau est un ratio entre le trafic qui transite actuellement  sur un port et le trafic maximum qui peut y transiter.

Le dépassement d’un certain seuil de charge a pour conséquence la baisse de la vitesse de transmission ou des retransmissions et l’augmentation des temps de réponse, soit, en d’autres mots le ralentissement du réseau !

La montée en charge du réseau peut provenir de nombreuses causes dont le comportement des utilisateurs à l’égard de la musique, des téléchargements ou du streaming de vidéos.


Trafic inutile

Tous les réseaux véhiculent du trafic inutile ! Certains périphériques (les imprimantes en particuliers) utilisent de nombreux protocoles qui ne sont pas nécessaires dans votre environnement.

Souvent aussi, les réseaux Wifi ne sont pas filtrés et il n’est pas rare de voir passer sur ces segments des flux de trafic de management (Routing Protocole, SNMP …) qui grignotent de la bande passante sans aucun bénéfice.


Santé du réseau (en terme de tempêtes de broadcast)

Dans la mesure où les réseaux sont dynamiques, il est essentiel que les entreprises contrôlent régulièrement leur réseau. Il faut vérifier que les processus et que les périphériques font bien ce qu’ils sont censés faire et que le comportement général du réseau ne change pas.

Il est essentiel d’identifier rapidement les nouvelles tendances et de réaliser les modifications idoines pour prendre en compte ces modifications comportementales. Faute de quoi, les entreprises s’exposent à des tempêtes de broadcast qui surviennent lorsque des broadcasts ou des multicasts constants asphyxient littéralement le réseau.


Applications et besoins ‘locaux’

Chaque entreprise a ses besoins propres. En fait, chaque segment réseau peut avoir des comportements différents en fonction des applications spécifiques qui y transitent.

L’application la plus utilisée par les services commerciaux sera différente de celle utilisée par les services de R & D.

Les besoins en bande passante des principales applications de chaque service de l’entreprise doivent être connus.

Il faut dès lors s’assurer que lorsque ces flux transitent sur les mêmes segments réseau (au niveau du datacenter par exemple) la bande passante disponible est suffisante !

C’est d’ailleurs l’une des principales raisons qui motive les investissements réseau.

Librement inspiré du blog de l’éditeur WildPackets par NetWalker, distributeur pour la France.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :